Accueil A la une Nigéria : vers la construction d’une usine de valorisation énergétique des déchets solides

Nigéria : vers la construction d’une usine de valorisation énergétique des déchets solides

Le 28 mai 2024, le gouverneur de Lagos, Babajide Sanwo-Olu, et le commissaire à l’environnement et aux ressources en eau, Tokunbo Wahab, ont signé un accord de partenariat avec la société néerlandaise Harvest Waste, spécialisée dans les services de conseil en environnement. Cet accord vise la construction d’une nouvelle usine de valorisation énergétique des déchets solides.

« Ce partenariat représente un bond en avant monumental dans la stratégie de gestion des déchets de Lagos. Il témoigne du pouvoir de l’innovation et de la collaboration internationale dans la construction d’une ville résiliente et durable », a déclaré Evert Lichtenbelt, dirigeant de Harvest Waste depuis Amsterdam, lors de la signature de l’accord à Lagos.

Dotée d’une capacité de traitement de 2 250 tonnes de déchets par jour et d’une durée de vie opérationnelle de plus de 25 ans, cette nouvelle unité permettra de détourner les déchets solides non traités des sites d’enfouissement, réduisant ainsi l’empreinte environnementale des méthodes traditionnelles d’élimination des déchets. Le gouverneur Sanwo-Olu a précisé que la future usine devrait capturer environ 550 000 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) et d’autres gaz à effet de serre (GES) émis quotidiennement par les décharges.

Cette installation de pointe devrait également produire entre 60 et 75 mégawatts (MW) d’électricité de base, renforçant ainsi la sécurité énergétique. Elle permettra de réduire la dépendance d’environ 40 000 ménages vis-à-vis du réseau électrique national, qui demeure insuffisant et auquel près de 90 millions de Nigérians, soit 40 % de la population, n’ont toujours pas accès en 2024.

En outre, la mise en œuvre de ce projet contribuera à réduire la pollution par les déchets solides dans l’État de Lagos, qui génère environ 13 000 tonnes de détritus par an, selon l’Autorité de gestion des déchets de l’État de Lagos (LAWMA), dont une grande partie n’est pas correctement traitée. Au niveau national, sur les 32 millions de tonnes de déchets produits annuellement, au moins 70 % finissent dans les décharges, les égouts, les plages et les plans d’eau.

Miodjou

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Renforcer l’autonomie des filles : la clé de l’éradication du SIDA par l’éducation et les droits à la santé

Aujourd’hui, nous célébrons la Journée internationale de l’enfant africain dan…