Accueil A la une Un cuiseur hybride made in Benin

Un cuiseur hybride made in Benin

C’est l’innovation de deux étudiants Béninois en génie électrique et énergies renouvelables à l’Ecole supérieure des métiers des énergies renouvelables (ESMER-Bénin). Elle vient solder leur étude de fin de premier cycle.

« Notre cuiseur hybride est un dispositif à usage domestique. Il fonctionne avec plusieurs sources de manière indépendante et permet de cuisiner les mets en apportant un gain de temps et d’argent », expose Gildas Mahinou et Mohamed Boukari, le binôme.

Ensemble, ils ont développé cette innovation partant de l’idée selon laquelle « associer le foyer amélioré au cuiseur solaire permettra à ses utilisateurs de pourvoir préparer la nuit. Avec le cuiseur solaire, on ne peut que préparer en journée. Et dans la nuit, pouvoir économiser du combustible. D’où la création du dispositif hybride. » Pour eux, c’était une façon de mettre en pratique leur cours de solaire thermique.

Lire : Deux Béninois mettent au point un prototype de torréfacteur électrique

« Dans ce cours, se rappellent-ils, on nous avait appris qu’on pouvait préparer avec le soleil grâce à un cuiseur solaire. Et sachant aussi que les foyers améliorés étaient conçus pour cette même raison, on a trouvé l’ingénieuse idée de concevoir le cuiseur hybride. »

« Les énergies renouvelables, c’est le futur »

Pour fabriquer le cuiseur hybride domestique, ils ont d’abord conçu un concentrateur solaire. Ils ont ensuite modifié la grille du foyer NANSU, fait le revêtement de la casserole avant de mettre au point leur dispositif.

Quels avantages présente-il ? « Il permet, non seulement de préparer du riz en 32 mn, du haricot en 70 mn, du vandzou en 182 mn, mais aussi de faire d’énormes économies de bois par mois. Soit de 23 tonnes lorsqu’on prépare du riz, 295 tonnes lorsqu’on prépare du haricot, et 760 tonnes lorsqu’on prépare du vandzou », cite Mohamed.

Lire aussi : Sénégal : l’Ambassadrice Juliette John visite le plus grand parc éolien d’Afrique de l’Ouest

Gildas renchérit : « ce dispositif nous permet d’économiser environ par mois 250 FCFA pour la préparation du riz, 900 FCFA pour le haricot, et 2 318 FCFA pour le Vandzou dans la dépense d’achat du charbon de bois. »

Titulaires d’une licence professionnelle en génie électrique et énergies renouvelables, Gildas Mahinou et Mohamed Boukari viennent de finir leurs stages professionnels. Prochain point de chute, « entreprendre », car pour Mohamed, « les énergies renouvelables, c’est le futur. » Ce qui leur tient le plus à cœur, c’est d’améliorer le prototype réalisé en y ajoutant quelques touches. Objectif : le rendre plus facile à déplacer, plus performant, et surtout commercialisable à l’échelle nationale et internationale.

Michaël Tchokpodo

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par La rédaction
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Climat : le Groupe de la Banque mondiale a mobilisé 31,7 milliards de dollars en 2022

Le Groupe de la Banque Mondiale a mobilisé, au cours de l’exercice 2022, 31,7 millia…