Accueil A la une Projet 2RCAZF : le Bénin en partenariat avec le PNUD

Projet 2RCAZF : le Bénin en partenariat avec le PNUD

Le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche Gaston Dossouhoui et le représentant résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) Aowalé Mohamed Abchir, ont procédé à la signature d’un nouvel accord. Il s’agit du document du projet de Renforcement de la Résilience des Communautés Agricoles des Zones Frontalières exposées aux effets néfastes des changements climatiques (2RCAZF).  

Renforcer la résilience des communautés exposées aux effets néfastes des changements climatiques.  Tel est l’objectif principal de ce projet spécifique à l’endroit des éleveurs et agriculteurs des communes de Djougou, Copargo, Ouaké et Malanville. Ce projet estimé à plus de 2 milliards de francs CFA sur la période de 2023-2025, permettra non seulement de contribuer à l’atténuation de l’impact des activités agricoles sur le climat en favorisant le reboisement, les techniques agro écologiques, la gestion des dechets agricoles mais également l’utilisation d’énergies renouvelables.

Aussi, vise-t-il à augmenter les capacités, les compétences et les moyens de subsistance des communautés. Celles-ci pourront, à leur tour, diversifier et stabiliser les économies locales, tout en créant ainsi de nouvelles possibilités de croissance durable dans les normes climatiques.

Selon le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche Gaston Dossouhoui, il est important pour ces communes de disposer de certaines autonomies. Notamment les matériels de travail adaptés aux changements climatiques, leur accompagnement dans la mise en place des infrastructures qui leur permettront de générer des revenus et de développer des activités génératrices de revenus. Dans son intervention, il a fait savoir que le phénomène des changements climatiques est la cause des conflits entre agriculteurs et éleveurs.

Et  « si avec ce programme nous arrivons à régler substantiellement ces  questions, à faire porter aux marchés les produits de l’agriculture, il va de soi que nous allons créer les conditions de vie paisible, un climat de paix et de sécurité pour ces communautés », a-t-il précisé. A en croire Aowalé Mohamed Abchir, représentant résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) au Bénin, ce projet vient palier un problème. Celui de l’urgence d’un relèvement et la nécessité d’une sécurité alimentaire des communautés agricoles. Lesquelles font face non seulement aux effets du changement climatique, à la Covid-19 mais également aux effets du conflit entre la Russie et l’Ukraine.

Il a fait savoir que ce projet a pour objectif de « renforcer les capacités de résilience des communautés des zones frontalières béninoises qui subissent les effets néfastes des changements climatiques en vue d’une protection de leurs moyens de subsistance et de la réduction de la pauvreté ».

Roméo Agonmadami

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Qualité de l’eau en Afrique : les 6 recommandations cruciales de l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a émis six recommandations à l’inten…