Accueil A la une Maladie tropicale négligée : Après l’OMS, la Cedeao salue le mérite du Bénin

Maladie tropicale négligée : Après l’OMS, la Cedeao salue le mérite du Bénin

Le gouvernement béninois est encore honoré pour ses efforts acharnés dans la lutte contre les maladies tropicales négligées (MTN). Le dimanche 9 juillet, à l’occasion de la 63e sommet de la Cedeao, le chef de l’État béninois a reçu mention spéciale de la part du président sortant de l’Organisation pour sa politique sanitaire hors pair.

Mention spéciale pour Patrice Talon et son gouvernement. À l’occasion de la 63e sommet de l’Organisation ouest africaine Cedeao, le Bénin a été félicité et distingué pour ses efforts dans la lutte contre les maladies tropicales négligées. Le chef de l’État recevait des mains de son homologue guinéen, un trophée en signe de mérite et de reconnaissance de la politique sanitaire du gouvernement du Bénin dans l’éradication des maladies tropicales négligées.

En effet, salué en mai dernier par l’Organisation mondiale de la santé, le Bénin s’est illustré 6e dans la région africaine de l’OMS dans l’élimination du trachome. Une maladie tropicale négligée caractérisée par la cécité. Derrière le Mali 5è, il fait son entrée dans le cercle fermé des 15 autres pays sur le plan mondial qui ont été validés par l’OMS pour avoir éliminé le trachome en tant que problème de santé publique. Il s’agit du Cambodge, de la Chine, de la Gambie, du Ghana, de la République islamique d’Iran, de la République démocratique populaire lao, du Malawi, du Maroc, du Mexique, du Myanmar, du Népal, d’Oman, de l’Arabie saoudite, du Togo et de Vanuatu.

Par ailleurs, à ce sommet ordinaire des chefs d’État ayant consacré l’élection du président Nigérian Bola Tinubu à la tête de l’organisation, le Ghana a également été distingué à l’instar du Bénin.

Faut-il le préciser, le trachome est la principale cause infectieuse de cécité dans le monde. La région africaine de l’OMS est touchée de manière disproportionnée par le trachome, avec 105 millions de personnes vivant dans des zones à risque, ce qui représente 84 % du fardeau mondial du trachome.

Ignace Tossou

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

La Banque africaine de développement s’engage pour une cuisson propre en Afrique

Le Groupe de la Banque africaine de développement s’est engagé à consacrer deux milliards …