Accueil A la une 1,1 Md€ pour éliminer la polio et améliorer les systèmes de santé mondiaux

1,1 Md€ pour éliminer la polio et améliorer les systèmes de santé mondiaux

La Commission européenne, la Banque européenne d’investissement (BEI), et la Fondation Bill-et-Melinda-Gates ont dévoilé un partenariat financier majeur de 1,1 milliard d’euros. Ce partenariat vise à éradiquer la polio et à promouvoir l’accès mondial aux services de santé et aux innovations médicales.

L’annonce de cette collaboration a été faite le mercredi 11 octobre par Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, Werner Hoyer, président de la BEI, et Bill Gates. Ils étaient accompagnés de Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et Catherine Russel, directrice exécutive de l’UNICEF, en tant que partenaires opérationnels.

La polio, une maladie virale hautement contagieuse causée par un entérovirus humain, affecte principalement les enfants de moins de cinq ans, pouvant provoquer des paralysies en envahissant le système nerveux. La lutte contre la polio a débuté en 1988 suite à une résolution de l’Assemblée mondiale de la santé de l’OMS, donnant naissance à l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio (IMEP).

Depuis 1988, les cas de polio sauvage ont connu une réduction spectaculaire de plus de 99 %, passant d’environ 350 000 cas répertoriés dans plus de 125 pays endémiques à seulement six cas signalés en 2021, selon l’OMS. Le tout premier vaccin contre la polio a été autorisé aux États-Unis en 1955. Actuellement, une seule des trois souches de polio sauvage persiste, ayant été détectée au Pakistan et en Afghanistan en 2022. Dans le même temps, la poliomyélite dérivée du vaccin sévit dans plusieurs autres pays.

Lors du lancement, Mme von der Leyen a déclaré : «  la dernière étape peut être la plus difficile. C’est pourquoi je suis ravie que nous annoncions aujourd’hui un nouveau partenariat pour franchir cette dernière étape et éradiquer la polio de la surface de la Terre. » Parmi les 1,1 milliard d’euros, 500 millions seront destinés à l’IMEP, dont l’objectif est de vacciner près de 370 millions d’enfants contre la polio chaque année, de renforcer les systèmes de santé, et de fournir des services de santé et des vaccins de routine aux enfants.

Le directeur général de l’OMS, M. Ghebreyesus, a souligné l’importance de ce financement pour atteindre les enfants non vaccinés ou partiellement vaccinés, particulièrement ceux vivant dans des zones reculées avec un accès limité aux services de santé.

L’UE se positionne sur la scène mondiale en matière de santé

En outre, 500 millions d’euros supplémentaires seront investis dans des projets visant à favoriser l’accès aux innovations en matière de santé, renforcer les systèmes de santé, et se préparer aux futures pandémies à l’échelle mondiale. De ces fonds, 250 millions d’euros proviendront de la Banque européenne d’investissement et seront garantis par le Fonds européen pour le développement durable plus (EFSD+). Ces investissements s’inscrivent dans la stratégie d’investissement de l’UE « Global Gateway ».

Enfin, 80 millions d’euros, dont 40 millions d’euros de subventions de la Commission européenne, seront alloués à l’assistance technique pour maximiser l’efficacité des programmes de santé mondiale. Pour l’instant, des détails précis sur l’utilisation de ces fonds n’ont pas encore été dévoilés. Le renforcement des systèmes de santé et l’amélioration de l’accès aux services de santé dans le monde sont devenus des priorités cruciales, en particulier depuis que la pandémie de Covid-19 a mis en évidence d’importantes vulnérabilités et inégalités à l’échelle mondiale.

L’année précédente, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a tenté de résoudre certains de ces problèmes en adoptant une dérogation à l’accord de l’OMC sur les aspects des droits de propriété intellectuelle liés au commerce (ADPIC), une initiative qui a été vivement débattue. Actuellement, l’OMS travaille sur la mise en place d’un accord relatif aux pandémies et sur la révision de son règlement sanitaire international (RSI) de 2005.

En 2022, la Commission européenne a adopté une stratégie en matière de santé mondiale, visant à améliorer l’accès aux soins de santé dans le monde. Bien que le Conseil de l’UE devrait émettre des conclusions sur cette stratégie, aucune date précise n’a encore été fixée.

S’exprimant lors du lancement des investissements dans le cadre de l’initiative Global Gateway en matière de santé, Mme Von der Leyen a souligné l’importance de permettre à chaque continent de produire ses propres vaccins et médicaments, soulignant que c’est un élément essentiel pour lutter contre les menaces sanitaires mondiales.

Elle a ajouté : « Il est essentiel que nous unissions nos forces dans ce domaine. Le processus de fabrication à grande échelle est complexe, nécessitant des usines, la formation de milliers de travailleurs tout au long de la chaîne de valeur, ainsi que des réformes dans le secteur de la santé. C’est une tâche colossale pour réduire les inégalités en matière de santé à l’échelle mondiale.« 

Roméo Agonmadami

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

La Banque africaine de développement s’engage pour une cuisson propre en Afrique

Le Groupe de la Banque africaine de développement s’est engagé à consacrer deux milliards …