Accueil A la une Climat : plus de 20 millions de personnes dans la précarité alimentaire (rapport Oxfam)

Climat : plus de 20 millions de personnes dans la précarité alimentaire (rapport Oxfam)

Les tempêtes et les cyclones se sont multipliés au Malawi, au Zimbabwe, au Mozambique et en Zambie depuis 2020, conduisant à des déclarations successives d’état de catastrophe et d’urgence par plusieurs gouvernements. Cette situation climatique critique affecte gravement 24 millions de personnes, selon le récent rapport de l’ONG Oxfam.

Ces crises récurrentes ont plongé des millions de personnes dans la précarité alimentaire, avec des conséquences dévastatrices comme la faim et la pénurie d’eau, principalement au Zimbabwe, au Mozambique, en Zambie et au Malawi.

Le Malawi compte le plus grand nombre de personnes touchées, avec plus de la moitié de ses 20 millions d’habitants encore aux prises avec les séquelles des récentes tempêtes Ana (2022) et cyclone Freddy (2023). Ces événements météorologiques extrêmes ont été identifiés comme la principale cause de la crise alimentaire actuelle dans les régions d’Afrique australe et orientale.

Oxfam souligne que depuis janvier 2024, environ 2 millions d’hectares de cultures vivrières, principalement de maïs, ont été détruits par les conditions climatiques, en plus des milliers de maisons et d’infrastructures publiques endommagées. Cette crise alimentaire pousse de nombreuses personnes à adopter des mécanismes d’adaptation négatifs, tels que sauter des repas et vendre leurs biens pour survivre.

Les changements climatiques contribuent à cette situation en prolongeant les périodes de sécheresse et en intensifiant la fréquence des catastrophes naturelles, ce qui entrave la sécurité alimentaire. Cela réduit la capacité à produire suffisamment d’aliments en raison de la diminution de la durée des saisons de croissance, de l’imprévisibilité accrue et de la dégradation des sols.

Pour résoudre cette crise, des solutions urgentes sont nécessaires pour mettre fin à cette spirale alarmante. Le scientifique Mehrdad Ehsani propose de lutter contre le gaspillage alimentaire, tandis que le vice-président Afrique de la fondation Rockefeller encourage les gouvernements à investir dans des solutions innovantes pour améliorer la productivité et la distribution alimentaires.

Roméo Agonmadami

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

La Banque africaine de développement s’engage pour une cuisson propre en Afrique

Le Groupe de la Banque africaine de développement s’est engagé à consacrer deux milliards …