Accueil A la une L’orthophoniste Edouardo Adjassin : « l’implication des parents augmente les chances de réussite de la rééducation »

L’orthophoniste Edouardo Adjassin : « l’implication des parents augmente les chances de réussite de la rééducation »

Smile Train a organisé du 25 au 27 mai 2021 au Centre Médico-Social Luc au Jourdain de N’dali, un camp pour sensibiliser les parents dans la prise en charge orthophonique des fentes labiales et palatines. Occasion pour l’orthophoniste partenaire de Smile Train, Edouardo Adjassin, de nous entretenir sur l’importance de la rééducation des patients et l’implication des parents à pouvoir corriger les sons de la parole chez l’enfant. Interview.

Miodjou : A quoi sont dus les troubles de la parole chez l’enfant ?

Edouardo Adjassin : De manière globale, les troubles de la parole sont dus :

  • à des causes prénatales telles que les infections et les traumatismes dont la mère a souffert avant l’accouchement ;
  • à des causes périnatales, notamment des dommages causés par les gestes obstétriques ;
  • à des causes post-natales dont les infections, carences ou maladies contractées par l’enfant au cours de ses premières semaines ou premiers mois d’existence.

Mais les troubles de la parole peuvent aussi survenir suite à des malformations congénitales telles que la surdité et les fentes labio-palatines.

Parlant des fentes labio-palatines, sous quelles formes se présentent-elles ?

Il y a deux grandes catégories de fentes labio-palatines. Les fentes labiales qui affectent la lèvre supérieure et les fentes palatales qui affectent le palais dur et le palais mou. Mais de manière plus spécifique, les fentes labiales affectent un ou plusieurs des organes suivants : la lèvre supérieure, l’os alvéolaire, le palais dur et le palais mou et la luette.

Le défaut de prise en charge des fentes chez l’enfant peut-il causer d’autres complications à l’âge adulte ?

Lorsque l’enfant a de fentes, les premières complications s’observent au cours des premiers mois, notamment par une difficulté à l’alimentation qui peut causer une malnutrition. Mais dès que l’enfant passe ce cap, le principal problème que l’on observe le plus souvent, est relatif aux troubles de la parole ou des difficultés à articuler les sons de la parole. Ils surviennent à cause de l’ouverture au niveau de la bouche ou des lèvres, empêchant l’enfant de réaliser certains sons.

Lire aussi : Smile Train sensibilise les médias sur les fentes labio-palatines

Comment l’ONG Smile Train pilote la prise en charge orthophonique des enfants ?

D’entrée, Smile Train fait une prise en charge globale des fentes labio-palatines, de la prévention à la rééducation orthophonique en passant par la chirurgie, la nutrition et tous les soins nécessaires. La rééducation orthophonique de Smile Train consiste à former des orthophonistes ou des agents à même de pouvoir réaliser les gestes qu’il faut, à la rééducation et à la prise en charge des troubles liés aux fentes labio-palatines. Une fois formés, ils se mettent en collaboration avec les hôpitaux partenaires de Smile Train pour suivre les patients opérés dans le cadre de la mission de Smile Train. Cette prise en charge est totalement gratuite.

Comment menez-vous l’évaluation et la rééducation sur le terrain ?

Nous le faisions avec les anciens patients mais la particularité de ce camp consiste à impliquer les parents qui ne comprennent pas toujours l’importance des soins que nous donnons à leurs proches ou enfants qui s’absentent comme ils veulent. Dans un premier temps, nous leur faisons observer à travers une évaluation, les grandes difficultés qu’éprouvent les enfants à articuler les mots. Et une fois qu’ils prennent conscience des difficultés, ils seront plus impliqués.

Ce n’est pas suffisant : ils sont entraînés à des gestes simples qu’ils peuvent réaliser pour aider leurs enfants à résoudre les problèmes d’articulation. Ce sera le prolongement des exercices d’articulation que nous faisions déjà. Mais l’implication des parents augmente les chances de réussite de la rééducation puisque l’orthophoniste ne voit pas le patient tout le temps.

Les résultants sont-ils probants ?

Tout à fait. La rééducation orthophonique n’est pas ingrate parce que, quel que soit l’âge du patient, un changement s’opère. En effet, lorsque la chirurgie est réalisée chez un patient, il doit pouvoir utiliser l’organe pour produire la parole. Ce qui s’observe, c’est que le patient a eu le temps de développer des habitudes de compensation du fait de l’absence de l’organe pendant des années. Cette habitude continue. Donc, la rééducation consiste à lui faire laisser ces habitudes et à lui enseigner les techniques pour produire les sons à nouveau.

La rééducation donne beaucoup de résultats mais parfois si le patient a une réparation qui n’est pas complète et des fistules, nous observons des formes de nasalisation (des troubles de la résonnance) qui persistent et qui perturbent parfois l’articulation correcte des sons. Nous avons beaucoup de patients qui récupèrent complètement mais nous en avons aussi qui récupèrent les sons mais de manière partielle en raison du fait que la reconstitution n’est pas complète.

Quelle est la prochaine étape ?

L’objectif étant d’impliquer les parents, la prochaine étape consistera à faire de ces parents présents aux camps, des ambassadeurs de la rééducation de leurs propres enfants. Mais aussi, les inciter à ramener dans le programme, d’autres enfants ou personnes de leur proximité qui sont dans le besoin.

Propos recueillis par : Michaël Tchokpodo

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par La rédaction
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Bénin : lancement de la 7ème édition de la Conférence annuelle du karité sous de bons auspices

Le Ministre de l’agriculture de l’élevage et de la pêche, Gaston Dossouhoui, a procédé ce …