Accueil A la une Luc Gnacadja : « Il faut avoir le courage de ré-inventer la COP »

Luc Gnacadja : « Il faut avoir le courage de ré-inventer la COP »

Président de GPS-Dev (Governance & Policies for Sustainable Development), Luc Gnacadja a été Ministre de l’Environnement et du Développement Urbain du Bénin et Secrétaire Exécutif de la Convention des Nations Unies sur la Lutte Contre la Désertification. Un parcours qui fait de lui un expert sur les questions liées à l’environnement et une voix autorisée à opiner sur ces sujets. Opinion.

Que retenir de significatif de la COP27 ?

Au fil de ses éditions annuelles, la COP (ou conférence des Parties à la convention-cadre des nations
unies sur le climat) est devenue la méga foire mondiale sur le climat. Faut-il le regretter ? Son
édition de 2022 a fermé ses portes ce 20 novembre 2022 à Charm El Cheikh, presque 2 jours plus tard
que prévu, par le dernier coup de maillet de son président marquant l’adoption des résultats des
négociations.

Que peut-on retenir d’encourageant de la COP27 face à l’ampleur et à l’urgence de plus en plus
manifeste de la menace systémique pour l’humanité qu’est le réchauffement climatique ?
Beaucoup s’accordent à souligner la décision inédite de créer un fonds dédié au financement des
pertes et dommages causés par des chocs climatiques aux pays en développement les plus
vulnérables.

Mais certains parlent déjà du risque d’un nouveau marché de dupes vu que, ici plus qu’ailleurs, les
promesses n’engagent que ceux qui y croient et que le processus ne dispose pas d’un cadre efficace
de responsabilisation et d’obligation de résultats, si ce n’est que pour ceux qui n’ont pas d’autres
choix que de continuer à faire face aux chocs climatiques avec leurs maigres ressources, à s’adapter
ou à périr !

Quand je pense que …

• Quand je pense que l’objectif de stabiliser le réchauffement climatique à 1,5°C a été un
temps omis du projet de texte final par réalisme disent certains, plutôt par le cynisme de
ceux qui se croient à l’abri des conséquences d’un tel renoncement, avant d’y être
réintroduit grâce à l’indignation de quelques-uns ;

• Quand je pense que l’augmentation de la température en Afrique devrait être supérieure à
la moyenne mondiale, entraînant davantage de chocs, de risques et de dommages pour la
région qui émet le moins de gaz à effet de serre (GES), moins d’un sixième de la moyenne
mondiale per capita des émissions de GES, et moins d’un 21ième de la moyenne per capita
des Etats-Unis ;

• Quand je pense qu’il n’y a pas eu d’avancée majeure pour combler effectivement le déficit
de financement de l’adaptation aux chocs climatiques, eu égard à l’engagement pris l’année
dernière lors de la COP26 à Glasgow de doubler le financement de l’adaptation d’ici 2025 ;

Je ne puis m’empêcher d’avoir une impression d’un rendez-vous manqué, d’un grand gâchis.
C’est vrai que le processus de négociation multilatéral, qui consiste à essayer de trouver un accord
entre près de 200 pays dont les intérêts et les points de vue sont parfois divergents voire polarisés,
est traditionnellement lent.

C’est aussi vrai aussi qu’il pourrait servir à capitaliser, potentialiser, amplifier et inscrire les solutions
disponibles dans un cadre de mise en œuvre et de responsabilisation qui engage les acteurs à tous
les niveaux en particulier les acteurs non-étatiques et les communautés locales pour une action
climatique efficace.

C’est pourquoi, quand je pense à …

• Tout ce qui s’est passé en marge des négociations, en particulier à l’offre foisonnante de
solutions et à la bonne volonté de plus de 45 000 participants réunis à Sharm el Shiekh, la
plupart pour partager leurs solutions au défi climatique,

• L’engagement et à la contribution des jeunes comme Marie-Claire Graf et ses amis dans le
processus des négociations avec l’enthousiasme et la détermination qui les caractérisent,

Je pense qu’il faut que la « Communauté internationale » ait le courage de ré-inventer la COP.
Et il va falloir faire vite!

Pour paraphraser le célèbre aphorisme de Winston Churchill au sujet de la démocratie, je pense que
le multilatéralisme est le pire des systèmes, à l’exclusion de tous les autres à la disposition de
l’humanité pour relever le défi du réchauffement climatique.

La politique des petits pas, des petites avancées incrémentielles dans les négociations d’une COP à
l’autre pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris ne peut pas vraiment accoucher du changement
de paradigme et de la solution systémique et transformatrice dont a besoin le système qui a créé le
problème.

La prochaine grande foire mondiale sur le climat ou COP28 est prévue à Dubai du 30 Novembre au
12 Décembre 2023. Espérons qu’entre-temps le processus aura été ré-inventé.

Luc Gnacadja, Président de GPS-Dev (Governance & Policies for Sustainable Development)

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par La rédaction
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Climat : le Groupe de la Banque mondiale a mobilisé 31,7 milliards de dollars en 2022

Le Groupe de la Banque Mondiale a mobilisé, au cours de l’exercice 2022, 31,7 millia…