Accueil Energies renouvelables Energie solaire Sénégal : de l’énergie renouvelable pour alimenter « Akon City »

Sénégal : de l’énergie renouvelable pour alimenter « Akon City »

Akon-ambitionne-de-construire-sa-ville-Akon-City-alimentée-grâce-aux-énergies-renouvelables

Une ville d’une superficie de 2 000 hectares encore en chantier, et qui dépendra exclusivement d’une source d’énergie renouvelable pour ses besoins en électricité. Tel est l’ambitieux projet « Akon City », du nom du chanteur afro-américain Akon, et qui sera érigé au Sénégal, son pays d’origine.

Akon entend ainsi contribuer au développement du continent africain grâce à son titanesque projet « Akon City », dont il a négocié et obtenu auprès du Président Macky Sall, l’accord d’exploitation des 2 000 hectares nécessaires pour sa construction. Dotée de son propre aéroport et de sa crypto monnaie « Akoin », cette ville utilisera de l’énergie renouvelable pour s’alimenter en électricité. De quoi la rendre totalement autonome du système conventionnel.

Selon l’artiste chanteur, la ville est déjà en construction depuis mars dernier et sera fin prêt dans dix ans. A propos de « Akoin », il reste visionnaire : « vous pouvez aller en Afrique pour des vacances et lorsque vous transférez des dollars américains en argent, vous pouvez également le transférez en Akoin. C’est l’objectif. »

Akon Lighting Africa

Représentant un cinquième de la population mondiale, la consommation globale d’énergie primaire en Afrique est estimée à seulement 6% de celle du monde et à peine plus de 3% de la consommation globale des énergies, selon l’Agence internationale des énergies en 2018. Plus tôt, en 2014, la couverture énergétique en Afrique subsaharienne était de 41% contre 99% en Afrique du Nord.

Pour corriger cette maldonne, Akon, en collaboration avec l’entrepreneur malien Thione Niang et Samba Bathily, PDG de l’Organisation Solekta Internationale, a lancé l’initiative Akon Lighting Africa. Ce projet est le plus important du genre en Afrique et s’est matérialisé par l’installation des lampadaires solaires et de petits systèmes énergétiques. Il fournissait déjà en 2015 de l’électricité dans 14 pays de l’Afrique subsaharienne dont le Sénégal, le Bénin, la Gambie, le Mali, la Guinée, le Burkina-Faso, avec des centaines de milliers de foyers impactés.

Priorité aux énergies renouvelables

Avant le projet « Akon City », le Sénégal possède un immense potentiel en énergie renouvelable. Le pays a une production moyenne annuelle spécifique d’énergie solaire évaluée à 1650kWh/kwc, pour une vitesse moyenne du vent comprise entre 5,7 et 6m/s sur la bande côtière. Le pays de la Téranga dispose d’un gisement de biomasse d’environ 331,3 millions de m 3.

Grâce à ce potentiel, le Sénégal a créé depuis 2013, l’Agence nationale d’énergie renouvelable (ANER) qui a pour mission de promouvoir et de développer ces énergies sous toutes leurs formes. Cette tâche assignée à l’ANER se matérialise notamment par la construction du plus important champ éolien d’Afrique de l’Ouest.

Rizikatou Alékoudou

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par La rédaction
Charger plus dans Energie solaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

PEG Africa, « Champion de l’accès à l’énergie » durable en Afrique de l’Ouest

A l’occasion de la 3ème édition du Forum sur l’énergie durable de la CEDEAO organisée du 2…