Accueil A la une Bénin : la « Semaine de l’écologie » s’ouvre ce lundi 5 juin

Bénin : la « Semaine de l’écologie » s’ouvre ce lundi 5 juin

Du 5 au 10 juin 2023 se déroule la « Semaine de l’écologie ». Une initiative de la Fondation Gnidehoue qui vise à sensibiliser les citoyens et les entreprises sur les dangers de la pollution plastique sur la santé humaine.

La « Semaine de l’écologie » s’ouvre ce lundi 5 juin 2023. Cette initiative de la Fondation Gnidehoue qui s’étend sur plusieurs jours vise principalement à sensibiliser les citoyens et les entreprises sur les dangers de la pollution plastique sur la santé humaine et la biodiversité et à trouver des solutions locales et innovantes pour la combattre.

Lire : Bénin : la Fondation Gnidehoue dévoile ses activités phares pour 2023

Elle permet également de contribuer à trouver des solutions durables pour combattre la pollution plastique, d’engager les citoyens et les entreprises, notamment celles disposant d’une culture RSE à réduire leur utilisation de plastiques à usage unique. Aussi, révèle-t-elle à travers les jeux concours et l’exposition photo, les meilleures initiatives écocitoyennes visant à lutter contre la prolifération des déchets plastiques.

La « Semaine de l’écologie », c’est quoi ?

Placée sous la thématique « le plastique au cœur des enjeux environnementaux », la « Semaine de l’écologie » est composée de conférence-débat, de formation, d’exposition photos, de jeux concours, de campagne itinérante de sensibilisation des femmes en milieu péri-urbain et rural sur ce thème. La « Semaine de l’écologie », c’est aussi une soirée de gala annuelle de récompense de la Fondation et l’organisation de la nuit de l’écologie. Ces différentes activités impacteront près de mille (1000) personnes à travers une communication environnementale média et hors média.

Lire aussi : Bénin : Miodjou sacré média écolo de l’année

Un focus sera fait sur les dangers de la pollution plastique sur la santé humaine, animale et la dégradation de la biodiversité. Un accent sera également mis sur l’urgence et la nécessité de combattre la pollution plastique et d’y trouver des solutions et alternatives éco-responsables et accessibles.  Grâce à une campagne d’IEC (Information, Education et Communication), les citoyens et les entreprises seront encouragés à mettre en œuvre des initiatives « zéro déchet plastique » au sein de leurs entreprises et dans leurs maisons, tout au long de cette « Semaine de l’écologie » et au-delà.

Du choix de la thématique

Le choix du thème se justifie par le fait que la pollution plastique constitue une réelle menace pour la survie de la biodiversité terrestre et marine. En effet, des plus de 400 millions de tonnes de plastiques produites chaque année dans le monde, près de 19 à 23 millions de tonnes de déchets plastiques atterrissent dans les cours d’eau (océans, fleuves et lacs). La moitié de la quantité de plastiques produits annuellement n’est utilisée qu’une seule fois et moins de 10% de la production totale est recyclée.

Par ailleurs, les minuscules particules de plastiques pouvant atteindre jusqu’à 5 mm de diamètre, se retrouvent dans l’air, l’eau et la nourriture. Selon l’ONU, chaque personne sur la terre consomme plus de 50.000 particules de plastique par an. Ce chiffre pourrait être revu à la hausse si l’inhalation des particules se trouvant dans l’air est pris en compte.

Lire également : Bénin – Hackathon « Écolo4Dev » : pour la gestion écoresponsable des déchets | Miodjou

Brûlé ou jeté dans la nature, le plastique à usage unique est un danger pour la santé humaine et la biodiversité. Du sommet des montagnes aux tréfonds des océans, le plastique pollue les écosystèmes et engendre de plus en plus la plasticose, une maladie qui affecte notamment les oiseaux marins.

Face à ce constat alarmant, il urge de passer à l’action, de changer de paradigme en repensant le rapport à la production et à l’utilisation du plastique à usage unique. Les décideurs et les citoyens sont invités à réfléchir et trouver des solutions efficaces contre l’invasion de ces types de polluants.

Roméo Agonmadami

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Qualité de l’eau en Afrique : les 6 recommandations cruciales de l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a émis six recommandations à l’inten…