Accueil A la une UNITAID : 31 millions de dollars dans la prévention de l’hépatite C

UNITAID : 31 millions de dollars dans la prévention de l’hépatite C

L’agence mondiale pour la santé UNITAID, a annoncé lundi le financement de la lutte contre l’hépatite C. Une maladie infectieuse dont le virus se transmet par le sang et qui peut entrainer de sérieux dommages au foie, y compris le cancer et s’avérer mortelle si elle n’est pas diagnostiquée à temps.

Les cibles visées par l’agence UNITAID en prévoyant débourser cette importante somme sont principalement les usagers de drogues injectables et les populations. Avec un montant de 31 millions de dollars, l’agence entend prévenir l’hépatite C chez les usagers de drogues injectables et d’autres populations à risque, telles que les personnes incarcérées.  

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 58 millions de personnes dans le monde sont atteintes d’une infection active par le virus de l’hépatite C. Mais 21% d’entre elles sont dépistées et uniquement 13% bénéficient d’un traitement. Chaque année, c’est 1,5 millions de nouvelles infections du virus de l’hépatite C qui sont recensées.

En dépit de l’existence de moyens sophistiqués de dernières générations adaptés au traitement de cette maladie, le niveau de sensibilisation encore mal en point et les difficultés d’accès aux soins dues aux conditions de vie pas très reluisantes des victimes, mettent à mal l’effort des différentes parties prenantes dans l’éradication de cette maladie, surtout dans les localités les plus en vue à cette maladie.

Notons que parmi les 58 millions de personnes infectées par le virus de l’hépatite C à travers le monde, 10% représente les personnes qui s’injectent des drogues.

Des seringues à espace mort réduit et… 

Si l’investissement de l’agence UNITAID facilitera l’intégration du dépistage et du traitement de l’hépatite C dans les programmes de réduction des risques, il permettra également de mettre à l’essai deux produits qui sont à même de prévenir l’hépatite C. Il s’agit des seringues à espace mort réduit ainsi que de nouvelles formulations de buprénorphine d’action prolongée.

Ainsi, le premier permet de limiter le risque de contracter les infections transmissibles par le sang en cas de partages d’aiguilles. Le second en ce qui le concerne, contribue à réduire les effets de la dépendance aux opioïdes et du sevrage.

Au regard des avantages qu’ils présentent, ces deux produits jouent un rôle catalyseur dans la conjugaison de cette maladie à forte prévalence mondiale. Toutefois, rares sont les pays à revenu intermédiaire à les adopter ou sinon à en maitriser le mode de fonctionnement. Ce qui ne facilite pas toujours son utilisation à bon escient.

Ignace Tossou

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Smile Train et le Kids Operating Room visent à réduire les empreintes de carbone grâce à des blocs opératoires pédiatriques solaires

Alors que le monde entier commémore la Journée de la Terre, Smile Train, la plus grande or…