Accueil A la une Au Bénin, SIMEC, la startup qui valorise les déchets plastiques

Au Bénin, SIMEC, la startup qui valorise les déchets plastiques

Leader dans le monde de la valorisation des déchets plastiques au Bénin, SIMEC est une startup qui depuis bientôt 2 ans, fait du recyclage et la fabrication de matériaux écologiques de construction à base de déchets plastiques, un souci de premier plan. Avec son initiative éco citoyenne dénommée, Bénin éco, la startup fondée par Carpus Aisso a remporté lors du forum international du cadre de vie (FIC) ouvert fin septembre, le prix de la meilleure initiative éco citoyenne 2023.

La gestion des déchets plastiques reste, jusqu’à preuve du contraire, l’un  des défis majeurs auxquels est confrontée la planète. A l’instar de la plupart des pays d’Afrique, le Bénin n’y échappe pas. Alors que les modes de gestion actuels de ces déchets basés sur l’enfouissement et l’incinération ne favorisent aucunement l’atteinte des objectifs en matière de développement durable, certaines startups comme SIMEC BENIN ne cessent d’apporter des solutions innovantes pour contribuer dans une large proportion à la sauvegarde de l’environnement, en même temps qu’ils résolvent les problèmes relatifs à l’assainissement.

C’est à ce prix que, la Société industrielle de fabrication des matériels écologiques (SIMEC), a été récompensée pour ses nombreux efforts dans la valorisation des déchets plastiques et ses initiatives éco citoyennes. En effet, ayant pris part au Forum international du cadre de vie FIC 2023, dans la catégorie meilleure initiative éco citoyenne, la startup s’est vue décerner le prix de la meilleure initiative éco citoyenne. Ceci, grâce à son initiative innovant dénommée Bénin Eco. Il s’agit d’une plateforme digitale développée au sein de SIMEC et qui permet aux ménages et aux populations de pouvoir collecter, trier et vendre leurs déchets plastiques, via la plateforme digitale.

« C’est une façon pour SIMEC d’impliquer, d’inciter, d’engager les populations à pouvoir développer chez eux, des habitudes éco-citoyennes responsables ; développer chez eux, des modèles de citoyen sensibles aux questions environnementales, sensibles aux enjeux environnementaux. C’est donc au nom de cette deuxième initiative qui s’articule autour de la digitalisation de la collecte des déchets que le jury a décidé en fin de compte de nous attribuer le prix de la meilleure initiative éco-citoyenne », confie à Miodjou, le fondateur de SIMEC BENIN, Carpus Aisso.

Il poursuit : « le prix que SIMEC vient de recevoir au Fic n’est que la preuve que nous sommes sur le bon chemin, nous sommes récompensés pour notre engagement. Et c’est également un appel à ce que nous continuons à travailler davantage pour pouvoir atteindre les objectifs que nous nous sommes assignés, et dans le même temps travailler à la protection de l’environnement et à l’assainissement du cadre de vie. C’est également la preuve de reconnaissance de l’Etat, des organisateurs de ce forum de l’importance de la solution que porte SIMEC aujourd’hui au Bénin ».

Ainsi, ce prix vient comme un deuxième prix en l’espace d’un an. En 2022, SIMEC a également reçu le prix de l’innovation entrepreneuriale du Bénin à l’occasion du forum international sur l’entreprenariat innovant.

Un ambitieux projet de valorisation

« Notre projet de valorisation, c’est aussi la construction au Bénin de la toute première usine de valorisation et de recyclage mécanique. Mécanique à cause de la production de matériaux écologiques à partir des déchets plastiques ». Une belle ambition que la société industrielle de fabrication des matériaux écologiques entend convertir une réalité avec le concours de partenaires stratégiques tels que la Société de gestion des déchets et de la salubrité (SDGS).

Il s’agit d’un  projet de construction qui s’implique parfaitement à la politique d’orientation du Programme d’actions du gouvernement PAG II et s’identifie à ces piliers 2 et 3. L’objectif visé, c’est de contribuer à l’amélioration de l’environnement à travers la valorisation de recyclage, et participer au développement durable et l’amélioration des conditions de vie des populations. Dans cette perspective, « la SDGS a fait savoir son intérêt et sa disponibilité à nous accompagner dans la réalisation de notre projet, à pouvoir nous fournir et à mettre à notre disposition, des déchets plastiques afin de pouvoir les transformer et recycler en divers matériaux. C’est un exploit que nous voudrions dire ici », s’est réjoui le mastérien en finance et stratégie.

Ces matériaux fabriqués à base de déchets plastiques, interviennent dans la construction, dans le revêtement de sol, dans l’aménagement du cadre de vie. De manière spécifique, ce sont : des briques, des pavés, des tuiles, le mobilier urbain, des tables  bancs. Ces matériaux écologiques durables ont l’avantage d’être résistant et présentent de facto, des fonctions et des possibilités infinies. Selon Carpus Aisso, c’est le fruit de 2 années de travaux de recherche et de développement.  « Cela nous a pris deux ans à travailler sur les nouveaux matériaux que nous voulons mettre sur le marché ; à travailler sur les propriétés des différents plastiques que nous allons utiliser et sur les autres matières premières qui seront utilisées ensemble pour produire ces matériaux écologiques. »

Officiellement, SIMEC BÉNIN a été créée en 2022. Depuis 2020, elle s’est attelée à mener des activités de recherche et de développement de qualité afin de mettre à la disposition des populations, des matériaux de construction de référence, en phase avec les enjeux climatiques auxquels le monde fait actuellement face.

Ignace Tossou

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

La Banque africaine de développement s’engage pour une cuisson propre en Afrique

Le Groupe de la Banque africaine de développement s’est engagé à consacrer deux milliards …