Accueil A la une Qualité de l’eau en Afrique : les 6 recommandations cruciales de l’OMS

Qualité de l’eau en Afrique : les 6 recommandations cruciales de l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a émis six recommandations à l’intention des gouvernements et des acteurs du secteur de l’eau à travers le monde, y compris en Afrique. Ces directives sont consignées dans son récent document intitulé « Lignes directrices relatives à la qualité de l’eau potable pour les petits systèmes d’approvisionnement en eau », publié le 15 février 2024.

L’OMS attribue les pénuries d’eau en zone rurale aux défaillances techniques des petits systèmes d’approvisionnement en eau et au manque de financement, soulignant les conséquences néfastes telles que la propagation de maladies d’origine hydrique telles que le choléra, la dengue, la diarrhée, la gale, etc.

Malgré des progrès significatifs dans le secteur, l’OMS constate qu’en 2022, 2,2 milliards de personnes n’avaient toujours pas accès à une eau potable gérée en toute sécurité, la majorité étant dans des zones rurales desservies par de petits systèmes d’approvisionnement en eau. En Afrique subsaharienne, 400 millions de personnes sont concernées.

Dans son rapport publié le 15 février 2024, intitulé « Lignes directrices relatives à la qualité de l’eau de boisson pour les petits systèmes d’approvisionnement en eau », l’OMS propose six recommandations visant à améliorer l’accès à ce service essentiel, crucial également pour l’assainissement et l’hygiène, notamment en Afrique.

Ces recommandations incluent l’établissement de systèmes de données sur l’eau en zone rurale, l’élaboration de réglementations favorisant les pratiques de gestion des risques pour les petits systèmes d’approvisionnement en eau, la promotion de plans d’action pour l’eau mis en œuvre par les fournisseurs d’eau, et la pratique d’une surveillance basée sur les risques pour améliorer l’efficacité des petits systèmes d’approvisionnement en eau. L’OMS encourage également le renforcement des systèmes de partage et d’utilisation des données sur l’eau pour éclairer la prise de décision et l’action en matière de gestion de l’eau à travers le monde.

À qui s’adressent ces recommandations ?

Ces directives visent à aider les gouvernements et les praticiens à améliorer la sécurité sanitaire de l’eau de boisson fournie par de petits approvisionnements. Ces orientations s’adressent principalement aux décideurs aux niveaux national et infranational, qui ont la responsabilité d’élaborer et de mettre en œuvre des cadres réglementaires pour la qualité de l’eau de boisson et des programmes associés de gestion des risques et de surveillance.

Les orientations figurant dans ce document peuvent également être utiles à d’autres parties prenantes intervenant dans la prestation de services d’alimentation en eau, notamment les organisations non gouvernementales et les organisations communautaires qui appuient l’exploitation et la gestion des petits approvisionnements en eau de boisson. Elles sont également importantes pour les petits distributeurs d’eau, bien que la plupart des recommandations s’adressent aux institutions qui réglementent et appuient leurs activités.

Roméo Agonmadami

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Le Sénégal crée une autorité de gestion de l’eau

Le Président sénégalais, Bassirou Diomaye Diakhar Faye a annoncé la création d’une a…