Accueil A la une Dr Berthilde Gahongayire : Il faut « relever le gap énorme dans la prise en charge du VIH pédiatrique »

Dr Berthilde Gahongayire : Il faut « relever le gap énorme dans la prise en charge du VIH pédiatrique »

Les travaux de la Coalition mondiale pour l’élimination du VIH pédiatrique sont ouverts depuis le 31 janvier 2023 en Tanzanie. Occasion pour la Directrice régionale du Programme commun des Nations-Unies contre le VIH/SIDA, Docteur Berthilde Gahongayire, de revenir sur l’urgence dans la prise en charge de cette maladie chez les enfants.

12 pays ont fait le déplacement de Dar es Salam en Tanzanie pour participer aux travaux de la Coalition mondiale pour l’élimination du VIH pédiatrique. Il s’agit de : l’Angola, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la RD Congo, du Mozambique, du Nigeria, de l’Afrique du sud, de la Tanzanie, de l’Ouganda, de la Zambie, du Zimbabwe et du Kenya. Avant ces assises, ils ont effectué par pays, des travaux préparatoires sur la situation du VIH/SIDA chez les enfants. La tenue de cette de la Coalition mondiale vise à dégager une orientation sur la mise en œuvre des décisions prises au niveau pays.

« La lutte contre le VIH/SIDA pédiatrique est l’une de nos top priorités, pas seulement dans notre sous-région mais partout dans tous les pays et presqu’au niveau mondial. C’est un encouragement pour nous que les pays qui ont signé l’Alliance globale soient là. C’est un encouragement à vraiment améliorer la qualité des services dans la prise en charge des enfants », a déclaré lors d’un entretien avec le délégué du Réseau des médias africains pour la promotion de la Santé et de l’Environnement (REMAPSEN), la Directrice régionale du Programme commun des Nations-Unies contre le VIH/SIDA, Docteur Berthilde Gahongayire.

Elle participe également à la journée technique de la Coalition mondiale pour l’élimination du VIH pédiatrique, en marge du lancement de la stratégie mondiale « l’Alliance globale » pour l’élimination du VIH/SIDA chez les enfants. Pour elle, les pays participants à ces travaux doivent bénéficier d’un suivi dans la mise en œuvre des activités identifiées afin de « relever le gap énorme dans la prise en charge du VIH pédiatrique. »

De même, Docteur Berthilde Gahongayire a marqué la disponibilité de son organisation à accompagner les pays : « ils peuvent toujours compter sur l’appui de l’ONUSIDA et des autres partenaires. Bientôt, il y aura des propositions du Fonds mondial et on espère que cette partie de la réponse qui est la prise en charge pédiatrique sera vraiment un des points forts (…) Nous encourageons les pays à avoir cette partie dans leur demande de financement.  Pour les pays Pepfar, il y a le Cop 23 qui arrive. Partout où il y a une opportunité, il faut prévoir des actions en matière de la couverture pédiatrique. »

Au terme de ces assises, de belles perspectives sont envisagées pour les pays participants dans la prise en charge du VIH pédiatrique dans leurs Etats respectifs.

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Michaël Tchokpodo
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Renforcer l’autonomie des filles : la clé de l’éradication du SIDA par l’éducation et les droits à la santé

Aujourd’hui, nous célébrons la Journée internationale de l’enfant africain dan…