Accueil A la une Afrique du Sud : la NDB octroie un financement de 170M$ pour le projet LHWP

Afrique du Sud : la NDB octroie un financement de 170M$ pour le projet LHWP

La Nouvelle Banque de développement (NDB) a conclu un accord avec la Trans-Caledon Tunnel Authority (TCTA). Ce partenariat consiste en un prêt de plus de 170 millions de dollars pour accélérer la réalisation de la phase II du projet Lesotho Highlands Water Project (LHWP).

La Nouvelle Banque de développement (NDB), une institution internationale mise en place en 2004 par les pays BRICS, a réaffirmé son engagement à soutenir des projets de développement. Cette affirmation a pris la forme d’un financement de 3,2 milliards de rands sud-africains (plus de 170 millions de dollars) destiné à soutenir la progression de la phase II du Lesotho Highlands Water Project (LHWP).

Le 21 août 2023, un accord de prêt a été signé entre Vladimir Kazbekov, vice-président et directeur des opérations de la NDB et Percy Sechemane, directeur général de la Trans-Caledon Tunnel Authority (TCTA), un organisme public sud-africain chargé de la gestion de l’eau.

Un prêt pour l’accélération du projet LHWP

Le prêt octroyé par la NDB servira à financer la construction d’un barrage en béton d’environ 165 mètres de hauteur à Polihali, en aval de la confluence des rivières Khubelu et Senqu-Orange. De plus, un tunnel gravitationnel d’environ 38 km de long reliera le réservoir Polihali au réservoir Katse.

Les travaux prévus dans le cadre de la phase II du projet LHWP auront pour conséquence d’augmenter le transfert d’eau du Royaume du Lesotho vers la République d’Afrique du Sud, ajoutant 490 millions de mètres cubes d’eau par an aux 780 millions de mètres cubes actuels. Cette augmentation portera le taux d’approvisionnement en eau destinée à la consommation et à l’agriculture à 1 260 millions de mètres cubes par an grâce au Système intégré de la rivière Vaal (IVRS), d’après le Département sud-africain de l’Eau et de l’Assainissement. Notons que l’IVRS est le plus grand système de barrages d’Afrique du Sud, comprenant 14 réservoirs situés dans quatre provinces : l’État libre, le Cap Nord, Mpumalanga et le Nord-Ouest.

Les travaux prévus pour finir en 2028

Le consortium formé des entreprises italiennes Salini Impregilo et Cooperativa Muratori Cementistri CMC di Ravenna, ainsi que de la société sud-africaine CMI Infrastructure et de LSP Construction du Lesotho, a été sélectionné par la TCTA pour exécuter les divers travaux. La date limite de réalisation est fixée à 2028, soit près de 24 ans après le lancement de la première phase en 2004.

La phase II du projet LHWP bénéficie également d’un financement de 86,72 millions de dollars sous forme de prêt de la Banque africaine de développement (BAD), ainsi que d’autres partenaires au développement.

Roméo Agonmadami

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Renforcer l’autonomie des filles : la clé de l’éradication du SIDA par l’éducation et les droits à la santé

Aujourd’hui, nous célébrons la Journée internationale de l’enfant africain dan…