Accueil A la une Maroc : Suez renforce son engagement pour une agriculture circulaire

Maroc : Suez renforce son engagement pour une agriculture circulaire

Suez, le leader mondial de l’environnement, a récemment signé deux nouveaux contrats de six ans chacun au Maroc, renforçant ainsi sa collaboration avec le groupe Azura. Ces contrats portent sur la valorisation des déchets agricoles d’Azura à Agadir, marquant ainsi une avancée significative dans le développement de l’agriculture circulaire dans le pays.

Dans le cadre de ces accords, Suez Maroc mettra en place deux plateformes dédiées à la gestion de 116 000 tonnes de déchets organiques par an. Ces déchets seront transformés en 42 000 tonnes de compost et 43 000 tonnes de combustible solide de récupération (CSR) semi-fini. Le CSR peut être utilisé de manière optimale dans les fours industriels, générant de l’électricité, de la chaleur (notamment dans l’industrie cimentière) et de la vapeur, éventuellement en cogénération.

Dans un contexte de stress hydrique, Suez souligne que le compost, en tant qu’amendement organique, offre une alternative précieuse pour accroître la rétention d’eau et améliorer la qualité des sols. De plus, cette démarche répond aux enjeux climatiques en réintégrant du carbone dans le sol. Le compost ainsi produit sera commercialisé localement auprès des agriculteurs de la région par un acteur local.

Pour une résolution de l’empreinte carbone

Benjamin Vauthier, directeur général de Suez au Maroc, souligne que ce nouveau contrat témoigne de la capacité continue de Suez à proposer à ses clients des solutions résilientes, innovantes et à forte valeur ajoutée, contribuant ainsi à réduire l’impact environnemental de leurs activités. En outre, le groupe Azura estime que la mise en place prochaine de deux plateformes de compostage par Suez permettra de réduire son empreinte carbone d’environ 16 000 tonnes équivalent CO2 chaque année.

Ce partenariat entre Suez et Azura joue un rôle essentiel dans le développement de l’agriculture circulaire au Maroc. Selon les projections de la banque Crédit Agricole du Maroc (CAM), les gisements régionaux de déchets agricoles et agro-industriels devraient augmenter d’ici à 2030, avec des quantités estimées à environ 3 millions de tonnes par an pour les déchets d’élevage, 4 000 à 5 000 tonnes par an pour les déchets agro-industriels, et 46 000 tonnes par an pour les résidus de culture.

Roméo Agonmadami

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Renforcer l’autonomie des filles : la clé de l’éradication du SIDA par l’éducation et les droits à la santé

Aujourd’hui, nous célébrons la Journée internationale de l’enfant africain dan…