Accueil A la une Togo : une augmentation du budget annuel alloué aux projets d’eau potable

Togo : une augmentation du budget annuel alloué aux projets d’eau potable

Le Togo intensifie ses efforts en vue d’assurer l’accès à l’eau potable pour tous d’ici 2030. Pour l’année 2024, le gouvernement prévoit une augmentation de 5,8 %, portant le budget annuel alloué aux projets d’eau potable à 18 milliards de francs CFA, soit environ 27,5 millions d’euros.

Cette enveloppe additionnelle, inscrite dans la loi des finances 2024, reflète l’engagement du gouvernement togolais à accélérer les projets d’approvisionnement en eau pour atteindre le sixième objectif de développement durable (ODD6) d’ici 2030.

La troisième phase du Projet d’amélioration des conditions sanitaires en milieu scolaire et rural (Passco) a été récemment lancée, bénéficiant à 200 000 personnes. Cette expansion du projet permettra la réalisation de 850 forages équipés de pompes à motricité humaine, desservant des écoles primaires rurales, des unités de soins périphériques et des communautés rurales dans les régions des Savanes et de la Kara, touchant ainsi plus de 200 000 personnes d’ici 2025.

Le Projet d’infrastructures et de développement urbain (PIDU), lancé en 2018, recevra également un soutien financier accru en 2024. Les projets d’adduction d’eau potable (AEP) à Dapaong et Nika-Est contribueront significativement à améliorer l’accès à l’eau potable pour des milliers de personnes.

Le Projet de sécurité hydrique en milieu urbain au Togo (PASH-MUT) bénéficiera également de la dotation financière. Structuré en trois composantes, le projet vise à améliorer l’accès à l’eau potable dans le Grand Lomé, renforcer l’efficacité opérationnelle de la Togolaise des eaux (TdE), et améliorer l’accès à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement pour les écoles et centres de santé du Grand Lomé. Ces initiatives incluent des campagnes de sensibilisation Wash pour promouvoir l’hygiène, tout en envisageant des solutions pour la gestion des boues de vidange, réduisant ainsi les risques de maladies hydriques pour les populations vulnérables.

Roméo Agonmadami

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Renforcement en eau potable à Akpakpa et Agblangandan : un projet ambitieux jusqu’en 2025

Le gouvernement béninois a lancé le 11 juin 2024, le Projet de renforcement en eau potable…