Accueil Santé Réponse de la BAD à la Covid-19: passer de l’engagement à l’action

Réponse de la BAD à la Covid-19: passer de l’engagement à l’action

La Banque africaine de développement a répondu rapidement aux besoins de ses pays membres pendant la pandémie de COVID-19 en cours.

Les opérations de la Banque se sont poursuivies sans heurts depuis l’apparition des premiers cas début mars, malgré le large éventail de blocages et de mesures imposées par les gouvernements pour aplanir la courbe.

La pandémie de COVID-19 devrait entraîner une baisse du PIB de l’Afrique entre 22,1 et 88,3 milliards de dollars.

Les pays africains, ayant l’expérience de la lutte contre Ebola, s’efforcent de s’adapter à cette nouvelle menace et attendent de la Banque une réponse multilatérale efficace à la crise.

Au 12 juin, les colis d’urgence COVID-19 de la Banque avaient atteint les cinq régions géographiques du continent.

Afrique de l’Ouest

Avant l’avènement de la pandémie de COVID-19, l’Afrique de l’Ouest abritait au moins quatre des économies à la croissance la plus rapide du continent, et elle a ressenti durement l’impact de la maladie, car les frontières restent fermées et la détresse économique et sociale s’intensifie.

La Gambie, le Mali et le Niger bénéficieront d’un ensemble de soutien de la CEDEAO pour renforcer les systèmes de santé nationaux en réponse à la pandémie. Une grande partie des fonds alloués à cette région visera à combler les pénuries d’équipements de protection individuelle (EPI), de ventilateurs et d’autres équipements d’urgence. Ce soutien permettra également aux gouvernements de fournir un manque à gagner en espèces aux millions de personnes qui ont été touchées par des licenciements massifs ou qui ne sont pas en mesure de travailler en raison de blocages.

Afrique du Nord

La région de l’Afrique du Nord est la plus touchée par la pandémie de COVID-19, avec plus de 60 000 cas au 12 juin. La maladie a déjà provoqué une forte baisse des revenus des ménages en Afrique du Nord, car les recettes d’exportation et de tourisme en souffrent. La région sera assistée par une série d’opérations d’urgence pour renforcer les mesures de confinement et aider à assurer l’approvisionnement et la distribution des tests de laboratoire et des réactifs. Le paquet soutiendra également les mécanismes de coordination nationaux et régionaux.

Afrique de l’Est

L’Afrique de l’Est, région économiquement la plus dynamique du continent, a été simultanément frappée par l’épidémie de coronavirus et une infestation de criquets pèlerins, un double coup dur pour les agriculteurs et les économies de la région.

Dans une région de changement climatique et de pénurie d’eau, les pertes après récolte et les marchés agricoles peu développés pourraient menacer la promesse de réformes économiques et d’investissement.

L’Éthiopie, le Kenya et le Rwanda sont les pays les plus performants, qui ont tous connu une forte baisse des recettes touristiques.

  • Kenya – 188 millions d’euros

Afrique du sud

Un verrouillage décisif a été efficace pour endiguer la propagation du COVID-19 dans la puissance économique de la région, l’Afrique du Sud. La propagation du virus n’est en aucun cas freinée. Les mesures prises dans la région pour contenir la pandémie ont touché des millions de personnes, dont beaucoup travaillent dans l’économie informelle.

L’assistance à cette région prend la forme de mesures de prévention et de protection ainsi que d’une aide financière aux personnes vulnérables au-delà de la fin de l’épidémie.

 Afrique centrale

En Afrique centrale, le Cameroun a signalé plus de 8 000 cas au 12 juin et une transmission communautaire importante.

Le paquet approuvé pour cette région, 13,5 millions de dollars, visera la fourniture d’EPI, de kits de test et d’installations de soins de santé et de laboratoires pour le Tchad, la République démocratique du Congo et la République centrafricaine, qui est l’un des pays avec le moins de ventilateurs sur le continent.

Chronologie de la prise en charge de Covid-19

Le déploiement par la Banque d’un soutien aux interventions d’urgence pour aider les pays africains a commencé en mars et a fourni un ensemble d’allégements financiers et d’aide à la préparation et à l’intervention.

27 mars : La Banque a levé 3 milliards de dollars au titre du Bond social COVID-19, le plus gros lien social libellé en dollars jamais lancé sur les marchés financiers internationaux. Le produit de l’obligation, d’une maturité de trois ans, contribuera à atténuer l’impact de la pandémie sur les moyens de subsistance et les économies africaines.

2 avril: La Banque a fourni une aide d’urgence de 2 millions de dollars à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour renforcer la capacité des pays membres en matière de prévention des infections, de dépistage et de gestion des cas. L’OMS Afrique renforcera également les systèmes de surveillance, fournira et distribuera des kits de tests de laboratoire et soutiendra la coordination aux niveaux national et régional.

8 avril : La Banque a annoncé un mécanisme de réponse COVID-19 qui fournira jusqu’à 10 milliards de dollars aux gouvernements africains et au secteur privé pour lutter contre la maladie et atténuer les souffrances résultant du ralentissement économique et des pertes d’emplois.

Source : BAD

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par La rédaction
Charger plus dans Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

Le Forum Afrique RSE Santé appelle les entreprises à investir pour aller vers la santé durable en Afrique

Le Forum Afrique RSE Santé et Impact a rassemblé ce 18 novembre à Paris les parties prenan…