Accueil A la une AirQo : une solution innovante pour contrer la pollution atmosphérique

AirQo : une solution innovante pour contrer la pollution atmosphérique

AirQo est une start-up qui utilise l’intelligence artificielle pour surveiller la qualité de l’air et lutter contre la pollution atmosphérique. En installant des capteurs abordables dans divers endroits, AirQo collecte des données sur la pollution de l’air et les rend accessibles au public via une application mobile. L’objectif est de sensibiliser les citoyens aux risques de la pollution et d’inciter les autorités à prendre des mesures.

Les niveaux de pollution atmosphérique à travers le monde, en particulier en Afrique, atteignent des records inquiétants. Selon des écologistes, au moins neuf personnes sur dix respirent de l’air pollué sur le continent. Les causes de cette pollution incluent la poussière des routes non pavées, la combustion des déchets et les centrales thermiques. Les conséquences vont de maladies cardiaques à la mort, avec par exemple 28 000 décès en Ouganda en 2017. Face à cette situation, en partie due au manque de données sur les niveaux de pollution en Afrique, la solution AirQo mobilise un groupe d’informaticiens et de physiciens à Kampala pour surveiller la qualité de l’air, un indicateur clé de l’Objectif de Développement Durable 11 sur la ville durable.

AirQo a pour mission de fournir des données précises et locales sur la qualité de l’air aux communautés, leur permettant de prendre des mesures d’atténuation. Ils utilisent des capteurs pour collecter des données sur la qualité de l’air, puis les traitent et les mettent à la disposition du public via une application mobile. Cela aide les citadins à prendre conscience des risques liés à la pollution atmosphérique et encourage les autorités à prendre des mesures pour réduire la pollution.

La start-up AirQo est composée de jeunes encadrés par l’universitaire Bainomugisha, et elle bénéficie du soutien de divers partenaires, y compris Google. Ils ont développé un réseau de capteurs abordables pour surveiller la qualité de l’air, offrant une alternative aux dispositifs coûteux importés. Cette initiative vise à étendre l’utilisation de ces équipements dans d’autres villes africaines, et elle a le potentiel de contribuer à des économies gouvernementales tout en améliorant la résilience face à la pollution.

En collaboration avec d’autres institutions, AirQo travaille sur des projets de purification de l’air dans plusieurs villes africaines, notamment Kampala, Lagos, Bujumbura, Yaoundé et Accra. Il existe également des solutions similaires sur d’autres continents, comme l’instrument « Tempo » développé par la NASA pour détecter les particules fines dans l’atmosphère au-dessus des océans Atlantique et Pacifique.

Roméo Agonmadami

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

La Banque africaine de développement s’engage pour une cuisson propre en Afrique

Le Groupe de la Banque africaine de développement s’est engagé à consacrer deux milliards …