Accueil Actualité Afrique : le risque de prix alimentaires injustes, objet d’une étude

Afrique : le risque de prix alimentaires injustes, objet d’une étude

Un nouvel outil créé par des organisations de consommateurs a mis en évidence le risque de prix alimentaires injustes dans de nombreux pays africains, en raison d’une concurrence insuffisante dans les chaînes d’approvisionnement alimentaire nationales et mondiales.

L’outil intitulé ‘’ Fair Food Price Monitor’’ met en garde contre la hausse des prix pour les consommateurs, qui pourrait être due non seulement à des facteurs tels que l’augmentation du coût du carburant et la fluctuation des devises, mais aussi à des acteurs dominants du marché qui profitent de la crise pour augmenter les prix de manière excessive.

L’outil a été développé par Consumers International (qui représente les consommateurs du monde entier), en collaboration avec différentes organisations nationales de consommateurs au Ghana, Nigéria, et au Kenya utilise des données provenant de sources telles que les autorités statistiques nationales et les agences des Nations unies pour suivre la relation entre les prix des denrées alimentaires à différents stades des chaînes d’approvisionnement nationales et pour mettre en évidence les domaines dans lesquels les gouvernements doivent mener des enquêtes et prendre des mesures.

Les preuves de prix injustes

Les principaux résultats de la première analyse réalisée à l’aide de l’outil ont montré que pour plusieurs produits alimentaires importants, les prix de détail/consommation ont augmenté beaucoup plus rapidement que les prix de gros/du marché.

Au Ghana (où l’inflation mensuelle des prix des denrées alimentaires a atteint son niveau le plus élevé en 22 ans, soit 61 %, en janvier 2023), l’outil montre qu’entre janvier 2022 et juillet 2023, le prix de détail des oignons a augmenté de 42,4 %, alors que le prix de gros n’a progressé que de 18,1 % au cours de la même période. De même, le prix de détail du gari a augmenté de 77 %, contre une hausse de 63 % des prix de gros, et une augmentation de seulement 46,4 % du prix de gros du manioc, le produit de base du gari.

Au Nigéria (qui a connu un pic d’inflation mensuel de 29,3 % en août 2023), entre janvier 2022 et septembre 2023, le prix de détail de l’igname a augmenté de 74 %, contre une hausse de 60,3% du prix de gros ; et entre janvier et décembre 2022, les prix de détail du maïs ont augmenté de 19,2 %, tandis que les prix de gros ont baissé de 4,1 %.

Même au Kenya, où l’inflation a été légèrement mieux maîtrisée (avec un pic de 15,8 % d’inflation mensuelle en octobre 2022), on constate que le prix de détail du lait a augmenté de 13,9 % entre janvier 2022 et septembre 2023, alors que les prix de gros n’ont augmenté que de 8,7 % ; et que le prix de détail des choux a augmenté de 16,9 %, contre une hausse de 7,3 % des prix de gros.

Cela montre qu’alors que les coûts augmentent pour tous les acteurs du marché, les consommateurs supportent une charge injuste et excessive. L’outil  examine plusieurs explications potentielles à cette divergence entre les prix de détail et les prix de gros, telles que l’augmentation des coûts du carburant et l’affaiblissement du taux de change, mais constate que si ces facteurs ont pu contribuer, ils ne semblent pas être suffisants pour expliquer la hausse excessive des prix de détail et des prix de gros.  Lorsque les coûts de production et d’importation des denrées alimentaires augmentent, il est inévitable que les consommateurs doivent payer des prix plus élevés.

Toutefois, sur un marché national concurrentiel, on s’attend à ce que les marges bénéficiaires diminuent légèrement, puisque la charge est partagée entre les producteurs, les négociants, les détaillants et les consommateurs de denrées alimentaires. Si la marge entre les prix de détail et de gros reste constante (ou même augmente) en temps de crise, c’est le signe qu’une concurrence plus forte pourrait se traduire par des prix plus équitables pour les consommateurs.

Les causes des prix injustes des denrées alimentaires

Selon l’Indice mondial des prix des produits alimentaires de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, les prix des denrées alimentaires sur les marchés internationaux sont en baisse constante depuis mars 2022. En effet, depuis mars 2022, les prix des denrées alimentaires sur les marchés internationaux n’ont cessé de diminuer, mais les consommateurs du monde entier sont toujours confrontés à des hausses de prix. Les causes de la hausse des prix des denrées alimentaires sont complexes: les perturbations du commerce international causées par la crise climatique, les conflits et le Covid-19 jouent tous un rôle – mais les experts mondiaux ont averti que le fait que les prix augmentent de manière excessive et injuste.

La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a noté dans son rapport 2023 sur le commerce et le développement que « dans le contexte des crises en cascade, il existe un contraste frappant entre les risques croissants pour la sécurité alimentaire de millions de personnes et les profits réalisés par les entreprises ». De même, le Rapport sur le commerce mondial 2023 de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) note que « les avantages du commerce ne sont pas partagés équitablement […] parce que les entreprises disposant d’un pouvoir de marché suffisant peuvent augmenter leurs marges en réponse aux réductions de coûts, et que la concentration du marché s’est accrue au cours des dernières décennies ».

Quelles sont les solutions nécessaires ?

Les organisations de consommateurs recommandent une série de mesures que les gouvernements peuvent prendre pour lutter contre la menace des prix alimentaires déloyaux. Dans tous les cas, il est essentiel de renforcer la réglementation de la concurrence et son application. Au Kenya et au Nigeria, les autorités de la concurrence existantes ont besoin d’un soutien politique et financier plus important pour pouvoir enquêter et prendre des mesures.

Au Ghana, l’un des rares pays au monde à ne pas disposer d’une loi sur la concurrence, il est urgent de mettre en place une autorité de la concurrence spécialisée. Il est également indispensable d’améliorer les données sur les prix des produits alimentaires aux différents stades de la chaîne d’approvisionnement, afin d’identifier les cas de tarification déloyale, et des mesures doivent être prises pour renforcer la concurrence sur le marché, en s’attaquant aux monopoles et en soutenant les petites et moyennes entreprises.

La nécessité d’agir dans ce domaine a été reconnue dans d’autres parties du monde : de nombreux pays européens ont introduit des « taxes sur les bénéfices exceptionnels » pour les entreprises qui réalisent des profits records en pratiquant des prix déloyaux en période d’inflation ; le gouvernement américain a noté l’année dernière que « la consolidation des entreprises donne aux intermédiaires le pouvoir de pressurer les consommateurs et les agriculteurs… sans cette consolidation des entreprises, les prix seraient plus bas pour les consommateurs et les agriculteurs… ». En l’absence de cette consolidation, les prix seraient plus bas pour les consommateurs et plus équitables pour les agriculteurs ». Le problème de la concurrence est tout aussi évident, sinon plus, en Afrique, et il est essentiel que les autorités prennent des mesures urgentes.

Miodjou

Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Miodjou
Charger plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir également

UNICEF : le nouveau Directeur régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Gilles Fagninou, prend fonction au Sénégal

Le nouveau Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et d…